Featured Posts

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Recent Posts
Please reload

Recherche par Tags
Follow Me
  • Blogger Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

Je suis un intello précaire - Chronique du 19 juin 2018

June 19, 2018

Entretien d'embauche

 

 

 

 

 

Puisque le précaire passe son temps à faire des entretiens d’embauche et qu’il est en moyenne plus stressé que les CDI, je me suis dit qu’aujourd’hui, je me devais de vous raconter le dernier en date.

 

C’était pour une école londonienne spécialisée dans l’éducation pour adultes. Mon contrat ? Quatre heures de français par semaine, en deux séances, le soir, de 18 à 20h. C’était tout.

 

C’est une erreur assez commune de penser que le précaire n’a pas de diplômes. J’ai deux mastères, des formations en pagaille (même un certificat de Mindfulness) et un CV épais comme ça. Il arrive souvent d’avoir des supérieurs hiérarchiques moins diplômés et moins préparés que vous, ce que l’on appelle ici le « middle management ». Des gens « middle » en tout qui vivent et se reproduisent dans les milieux abiotiques des grandes bureaucraties. Nous reviendrons sur leur cruauté et leur sadisme un peu plus loin.

 

Pour l’instant, faisons des comptes d’apothicaire : s’ils me prennent, je serai payé 30 livres de l’heure avant impôt, ce qui me fera 24£. Comme ils me donneront 4 heures par semaine, cela fera 96 livres sterling. Et aucune garantie que le cours continuera le trimestre prochain.

 

Dans ces 24£ de l’heure, sont inclus : le transport, mes congés payés, la retraite privée que je dois payer, la préparation des cours (plus corrections des exos à la maison), la paperasserie pour l’école (20 minutes pour une heure donnée), et les réunions du département (J’en oublie mais rassurez-vous, si cela me revient, la réponse de mon chef sera invariablement : c’est inclus dans votre salaire horaire de base de 24 livres).

 

La préparation de l’entretien m’avait pris deux bonnes (gratis) car il m’avait fallu remplir un dossier bourré de question Kafkaïenne sur mon expérience des directives gouvernementales concernant la promotion de l’égalité, de la diversité des étudiants, de leur santé et sécurité. Ce qui m’avait tout particulièrement désespéré était d’avoir à expliquer mon expérience « de la promotion d'un excellent service à la clientèle » et du « processus d'amélioration de la qualité tout en comprenant votre rôle dans ce processus ». Voilà pourquoi, quand j’arrivai au cadre « parler de votre enthousiasme et de l'intérêt pour le sujet », je sentis que l’entretien ne pourrait que mal se passer.

 

En effet, je rentrai dans la salle. Mon potentiel futur chef était accompagné d’une potiche qui prenait des notes. Toutes les questions et les commentaires, sans exceptions, étaient orientées sur le fait « qu’il y aurait beaucoup de travail à faire ». Je répondis naïvement que si les heures étaient payées, ce ne serait pas un problème.

 

C’est à partir de cet instant que l’entretien dérapa complètement (Nous étions assis depuis à peine dix minutes). Le langage corporel, les tics faciaux du type m’indiquaient que le travail supplémentaire en question était inclus dans les 24£ de l’heure. Un exemple : dans ma classe, j’allais avoir des différences de niveaux très marquées. Je devais donc préparer deux, voire trois classes en une et cela sans être payé.

Je commençai à ricaner et c’est alors que chacun d’entre nous se demanda ce qu’il faisait là. Je me levai et lui dit que ce travail n’était pas pour moi et que je n’étais pas son « butt nigger ». Enragé par mon insolence, il s’est levé et ma flanqué une gifle. J’ai répondu par un uppercut au menton qui l’a laissé sur le carreau et je l’ai achevé à terre, à grands coups de satons dans la gueule…

 

Ami précaire, avoue que cela fait du bien d’imaginer une pareille fin mais hélas, nous étions, lui et moi, très civilisés et nous avons continué très poliment jusqu’à la fin. Nous nous sommes même donnés une poignée de main avec la certitude que nous ne nous reverrions jamais plus.

 

A demain

Please reload

  • Instagram - Black Circle
  • Blogger Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • Pinterest Social Icon
  • SoundCloud Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

​FOLLOW ME

© 2018 by Philippe Nadouce | Email: admin@nadouce.com